Envie de jardin, histoire du Bizardin

Histoire du « Jardin sans noN » devenu « Bizardin »

Le Bizardin est situé sur un haut lieu de l’histoire ouvrière, celui de l’ancienne usine Fives-Cail Babcock de constructions mécaniques, dont les réalisations pendant plus de 100 ans furent liées aux grands événements industriels français : locomotives, ponts (Pont Alexandre III), charpentes métalliques (Gare d’Orsay à Paris), ascenseurs de la Tour Eiffel, rames de métro (Lisbonne), tunneliers, etc… Fermée définitivement en 1990, l’usine laisse derrière elle 17 hectares en friche sur Fives et Hellemmes.

L’ancien « parc à matières » de l’usine où étaient déposées les ferrailles, est devenu un vaste espace enherbé, un peu sauvage, mais constructible. Il est pris entre les rues des Métallurgistes, Dordin, Denis Papin, Bauman-Lebon. Il est baptisé Terrain sans Nom en 1999 par un collectif d’habitants hellemmois.

En décembre 2001, après quelques actes de résistance à la construction (liée au mouvement des Gens d’Hellemmes entre autres) est décidée l’aménagement de la « plaine » en jardin public.

L’association des AJOnc, déjà active à Lille-Moulins, intervient pour accompagner la démarche des habitants volontaires. Une portion du Terrain Sans Nom, adossée à l’arrière des jardins de la rue Dordin sera confiée aux AJOnc pour la mise en place d’un jardin communautaire. Il occupe environ 3000m2. Les habitants-jardiniers le baptisent  « Jardin sans noN ».

Une convention avec la mairie d’Hellemmes et la pose de la clôture en 2003 concrétise sa création. Une étude de pollution sur l’ensemble du terrain a nécessité un apport de terre végétale saine pour le potager (1/20ème de la surface).

En 2008, le Terrain Sans Nom devient la Plaine des Métallurgistes. Le Jardin Sans noN est rebaptisé par le groupe : il devient le « Bizardin » et les jardiniers les « Bizardiniers ».

Les premières installations du jardin sont le creusement de la grande mare et l’ensemble des plantations de saules (labyrinthe, tunnel, cabane).

Nous travaillons à un historique détaillé des événements et aménagements qui sera disponible prochainement.

Le groupe a beaucoup évolué et on est loin des luttes du départ, la légitimité du jardin partagé de la Plaine des Métallurgistes est assise autant par son activité durable que sa biodiversité avérée.

L’urgence environnementale et la place de la nature en ville sont des causes de facto moins inaudibles, et relayées par de nombreux acteurs, mais le Bizardin de l’association des AJOnc s’inscrit dans cette veille et ce mouvement.

Enregistrer

Enregistrer